La Revue Boulonnaise, 4 Rue Jean-Baptiste Reveillon - 62126 Wimille - Siret n° 838 929 230 00012 - Code APE 9001Z - Arts du spectacle vivant - Licence 2-1113522

© La Revue Boulonnaise 2019 - Tous droits réservés - Mentions Légales

LE MOT

des metteurs en scène

 Le mot du metteur en scène

Quand deux amoureux de notre Revue, l’un sur scène et l’autre dans la salle depuis des années, se rencontrent, ils se racontent des histoires de théâtre, d’opérette ou d’opéra.


Ils conviennent alors de partager leurs points de vue, d’unir leur vision en se mettant au service des comédiens et du public.

Ils s’inscrivent dans les pas de leurs ainés avec le souci d’un parfait équilibre entre  la réplique qui fait mouche,   la musique qui entraine,  la danse qui transporte et la technique qui file.

Rideau !


LES ARTISTES

Valérie SAILLY - Zabelle

Zabelle forme avec Bâtisse le couple mythique de la Revue, sauvegardant l’aspect traditionnel et folklorique de la Revue.

Le personnage est éternel, avec son incontournable exigence envers Bâtisse, son autorité naturelle, sa culture de femme de marin.

Valérie respecte les traits de caractère intemporels de Zabelle, elle y apporte sa personnalité et sa présence. 

Alain RAYNAUD - Batisse

Depuis quelques années il est Batisse, avec sympathie il est souvent remis en place par Zabelle qui ne lui fait pas de cadeaux … 
mais le couple s’aime depuis les bancs de l’école donc ça s’arrange toujours

Les chansons qu’il interprète avec brio nous plongent en plein coeur de la vie maritime boulonnaise.

Jocelyne MERLIN

Elle est la même à la scène qu’à la ville … toujours gaie et fantaisiste tant dans ses tenues vestimentaires que dans ses apartés : elle pétille comme le Champagne qu’elle apprécie de partager avec les copains dans les bonnes occasions. Aussi fidèle à son public qu’en amitié, elle est la seule à avoir été de toutes les revues depuis 1981 (première de J.Jarrett et Ch ’guss où elle a été recrutée).

Jean-Claude WYART

Après avoir quitté la Revue en 1979, il a su relever le défi de remplacer au pied levé Jean-Marc Leprêtre lors de la Revue 2013. Il a eu les textes à 10 h pour jouer à 15h… un miracle , du à son expérience du métier. Il reste le comédien de toutes les situations, s’adaptant à tous les personnages.

Evelyne JORDENS

Elle a de qui tenir ! Perfectionniste et toujours en train de surveiller ses camarades afin qu’aucun ne rate son entrée, elle a une nature explosive sur scène , avec un sens héréditaire de la rupture. Son humour caustique est impitoyablement drôle.

 

Christian MEURDESOIF

Que ce soit en paysan ou en commère, il joue juste et sa différence de taille avec Jean Pierre Coppin permet bien des moments de fou rire : ils sont rappelons le tandem comique de la revue. Il apporte à la folle équipe sa jovialité légendaire tant à la scène qu’à la ville.

Jean-Pierre COPPIN

Du haut de son mètre 90, celui qu’on surnomme « el grand » fait rire chaque fois qu’il entre en scène sans avoir besoin « d’ouvrir es bouque » ; il le sait et il en use… 

Dans la bouche de Marguerite, on peut mettre la critique de tout Boulogne et des environs.

D’un contact facile, il est ravi de tailler une bavette avec les fans de la REVUE.

Sylvie DANGER

Cultivant la discrétion à la ville, elle se métamorphose sur scène, faisant preuve d’une énergie détonante, au service des mots qu’elle manie avec un humour ravageur, jamais méchant, mais tellement drôle. Elle a du métier , bien sur, elle n’en use jamais, gardant la fraicheur d’une vraie passionnée. 

Dominique POURRE

Boulonnais pur et dur, issu d’une famille de la marine, il a toujours rêvé d’écrire pour la revue et grâce à Ch’guss qui lui a fait confiance, il y est parvenu. Il n’est pas toujours facile avec ses camarades lorsqu’il les met en scène mais c’est toujours pour le bien du spectacle. Dans la vie c’est un grand voyageur qui aime la convivialité et le contact avec tout le monde.

Christine GOSSELIN

Capable de jouer les textes du répertoire de boulevard avec Les Thibautins, elle est aussi crédible en comédienne de la Revue  maniant avec malice le patois boulonnais, portelois, diront les pointilleux. Elle gratifie ses camarades d’imitations savoureuses de l’un ou de l’autre.

Les photographies des acteurs ont été réalisées par Gilles

www.opalephoto.com